Philippe Hérard laisse ses gugusses se débattre sur les murs de Paris

C’est naturellement à Belleville, son fief, que j’ai fait comme bien d’autres passants connaissance avec l’univers de Philippe Hérard.

Ici, l’artiste peint dans son atelier, mais surtout et pour le plus grand bonheur des amateurs de street art, il peint, dessine et colle ses créations sur les murs.
philippe herard street art belleville

Les gugusses de Philippe Hérard, absurdes et touchants

Son style se reconnaît au premier coup d’œil, tant grâce à la palette de couleurs qu’il utilise qu’aux personnages qu’il met en scène, ses « gugusses » , ainsi qu’il les surnomme.

philippe herard street art paris 20

Entravés par des bouées de sauvetage, suspendus au-dessus du vide, en équilibre sur des fils, ils apparaissent toujours dans des situations bien peu confortables. Les personnages de Philippe Hérard illustrent avec poésie les contradictions de la nature humaine, mélange de libertés et de contraintes, de rêves et d’interdits.

philippe herard street art paris 19
Philippe Hérard a réalisé cette superbe fresque dans le cadre du Festiwall 2018 en juin dernier.

Ils apparaissent impuissants, incapables de fuir un monde auquel ils semblent tristement étrangers, où ils ne parviennent pas à s’adapter, et dont ils ne peuvent pas s’échapper.

philippe herard street art oberkampf
Philippe Hérard s’est vu confier le mur Oberkampf, dans le 11e, le 15 septembre 2018. Sa fresque y est visible pour deux semaines.

Fervent admirateur des œuvres de Jean Rustin, Philippe Hérard colle ses personnages sur les murs de Paris depuis presque dix ans. En 2009, il crée une série d’hommes à la bouée mais ne sait pas où l’exposer. Les murs de la ville, ceux de son quartier, se présentent alors comme des supports parfaits.

philippe herard paris 20

Du haut de ses 52 printemps, l’artiste originaire de Châlons-en-Champagne utilise différentes techniques pour donner naissance à ses gugusses. Peinture, dessin au fusain, collages de papier kraft ou de papier journal : il s’adapte aux murs qu’il choisit d’investir.

philippe herard paris rue cascades

Les gugusses sont alors livrés à eux-mêmes dans un paysage urbain auquel ils s’intègrent parfaitement aux yeux des passants. Eux peinent tant à y trouver leur place.

philippe herard street art collage

On aimerait les secourir, les aider à s’extirper de leurs difficultés. Mais on peut seulement les observer et s’interroger sur ce qu’ils ont à nous dire.

philippe herard levalet street art
Cette oeuvre, malheureusement vandalisée, est une collaboration de Philippe Hérard avec l’artiste Levalet.

Les personnages de Philippe Hérard laissent rarement apercevoir leurs visages. Quand ils le font, ils dévoilent des traits sans expression, comme privés d’identité. Peut-être sont-ils justement perdus dans cette éternelle quête d’identité. Les gugusses semblent condamnés à une survie en équilibre précaire.

Un commentaire Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s