Sur les murs de la rue de Tolbiac

Eh non, je n’en ai pas encore fini avec ce cher 13e arrondissement, qui ne se lasse pas de me détourner de mon 20e adoré. Cette fois, direction la rue de Tolbiac, et quelques rues alentours, pour y découvrir tout un tas de nouvelles fresques !

D’Yz Yseult à Villeglé

Dès le pont enjambant la rue du Chevaleret, le spectacle commence avec une façade confiée au talent d’Yz Yseult. L’artiste franco-anglaise est connue pour ses portraits très poétiques. Elle réalise aussi des ornements comme sur ce mur peint durant la Nuit Blanche 2014.

yz yseult avenue france paris

Depuis ce même pont, on peut aussi prendre de la hauteur pour admirer le castor de Bordalo II. Une oeuvre impressionnante réalisée uniquement avec des déchets, dont j’ai eu l’occasion de parler dans mon article sur les œuvres de street art de la rue du Chevaleret.

bordalo street art paris

Au 17 de la très longue rue de Tolbiac, qui traverse tout le 13e, se dresse la fac dont je n’ai hélas pas eu la possibilité de franchir les grilles. Malgré mes grands sourires aux deux messieurs mourant de chaud dans leur petite cabine, j’ai dû me contenter de photographier la superbe oeuvre d’Anis aux travers des barreaux.

anis street art paris 13

Les murs de la fac ont bien d’autres graffs à montrer. Mais impossible de les photographier. Tant pis ! La rue de Tolbiac me réserve plusieurs surprises que je m’empresse d’aller dénicher.

Parmi elles, cette surpenante façade au coin de la rue Baudricourt, celle d’une école, peinte en 1988 par l’artiste Jacques Villeglé. Le peintre est connu pour ses œuvres réalisées avec des affiches lacérées.

villegle street art paris 13

Prônant l’effacement de l’artiste derrière son oeuvre, passionné par la typograpghie, il a créé un alphabet socio-politique inspiré des graffitis qu’il pouvait observer. Ici, les lettres se fondent les unes dans les autres. Comme vivantes, elles se mélangent pour former des mots.

street art paris 13 tolbiac

Face au collège Georges Sand, au niveau du 109 rue de Tolbiac, un petit espace vert ne demandant qu’à voir ses murs graffés a vu son souhait exaucé.

street art graffiti paris 13

De Kraken à Kashink

Quelques mètres plus loin, en remontant toujours la rue de Tolbiac, une pieuvre signée Kraken me salue du haut de son mur.

kraken street art paris tolbiac

Elle surplombe une superbe fresque auqatique réalisée par les artistes Mademoiselle Maurice et Snez, du Crew Esme.

kraken esme street art tolbiac

street art emes crew paris 13

C’est aussi dans la longue rue de Tolbiac que l’on peut admirer deux magnifiques graffs signés Jallal. Cet artiste connu pour ses visages féminins est présent un peu partout dans Paris. On peut découvrir son travail sur les murs de L’Aérosol aussi bien qu’au cœur du quartier Beaubourg.

jallal street art paris 13

Jallal avait réalisé ces deux fresques à l’époque où cet immeuble, le 148, était encore un espace culturel occupé et entièrement couvert de graffs par des artistes, le K13. Ils ont été expulsés l’année dernière.

jallal street art paris tolbiac

C’est un tout autre univers qui attend les streetartovores rue du Moulinet, rue parallèle à la rue de Tolbiac. Ce petit détour leur permettra d’admirer l’immense façade peinte par l’artiste Jace en 2015. Ses célèbres Gouzous ont investi en nombre cette oeuvre monumentale.

jace street art paris 13

Et puis au bout de la rue, une nouvelle pieuvre dont Kraken a le secret nous salue du haut de son mur.

street art kraken paris 13

Au coin des rue de Tolbiac et Martin Bernard, tandis que l’on pénètre dans le si poétique quartier de la Butte-aux-Cailles, les étonnantes créatures de Bault nous invitent à nous accroupir devant elles pour mieux les observer.

bault street art paris 13

A quelques pas de là, rue Vandrezanne, j’achève cette nouvelle balade street art avec une explosion de couleurs et une autre dose d’art naïf. On les doit à Kashink, graffeuse dont j’ai la chance de pouvoir admirer certaines œuvres chaque jour en me baladant dans mon quartier.

kashink street art paris 13

Comme elle l’a déjà fait à plusieurs reprises, dans le 20e notamment, l’artiste s’est entourée des enfants du quartier, les Kashinkids, pour réaliser cette immense fresque longeant l’école élémentaire Vaudrezanne.

kashink street art graffiti paris 13

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s