Festiwall 2018 : un week-end sous les bombes

C’est ce week-end, les 19 et 20 mai, que s’est tenue la troisième édition du Festiwall, l’un des deux festivals street art colorant chaque année le quartier d l’Ourcq, dans le 19e arrondissement de Paris.

Pendant deux jours, et par un temps estival, les quais longeant le bassin de la Villette se sont vues confiés au talent d’une dizaine de street artistes. Un évènement organisé par l’association De l’Amour et des Murs, la Galerie The Wall et la mairie du 19e.

ardif jo bona street art festiwall 2018

Les fresques peintes l’année dernière ont laissé leur place à de nouvelles œuvres, disparaissant sous les bombes de Kashink, Ardif, Jo Di Bona, Jérôme Mesnager, Odji., JBC, Stew ou encore Philippe Hérard.

Je me suis rendue sur les quais dimanche, tandis que les artistes étaient encore à l’oeuvre sous les regards curieux et admiratifs des passants, venus par hasard ou comme moi tout spécialement pour assister à ce beau moment de création et de partage.

festiwall 2018 street art paris 19

Ce mardi matin, j’y suis revenue, afin d’admirer les œuvres achevées. Si toutes sont de vraies réussites, j’ai eu la bien mauvaise surprise de constater que certaines d’entre elles avaient déjà été vandalisées…

Un parcours aussi coloré que réjouissant

Le parcours commence avec l’oeuvre de Joachim Romain. Elle donne le ton d’un balade ultra-colorée mais aussi très éclectique en matière de styles et d’univers proposés.

joachim romain street art pars festiwall

Puis Madame Moustache nous offre un « Vivons heureux heureux, vivons cachés » revisité.

madame moustache street art festiwall

Le mariage royal de Jo Di Bona et Ardif

Parmi les fresques que je rêverais le plus de pouvoir admirer tous les jours dans ma rue, celles issues de la magique collaboration entre Ardif et Jo Di Bona sans aucun doute. Il faut dire que le fruit de ce travail à quatre mains est tout simplement parfait !

street art ardif jo di bona festiwall 2018

Le mariage des techniques et univers des deux artistes a de quoi rivaliser avec celui d’un certain couple princier lui aussi célébré le week-end dernier !

Dimanche midi seul le lion était achevé. C’est donc seulement aujourd’hui que j’ai pu admirer le superbe rhinocéros qui a pris place à ses côtés.

ardif jo di bona festiwall 2018

Jérôme Mesnager, Kashink, Philippe Hérard… une pluie de talents sous un soleil éclatant

Tandis que ces animaux prenaient vie, Jérôme Mesnager nous offrait une fresque illustrant grâce à ses hommes en blanc évidemment, la théorie de l’évolution de Darwin.

street art jerome mesnager festiwall 2018

Un peu plus loin, sur les murs du Pavillon des Canaux, Kashink peignait un superbe et monumental visage dont elle a le secret.

kashink street art festiwall 2018

kashink street art paris festiwall 2018

A côté de la graffeuse moustachue, Stew et Vincent Bargis donnaient son envol à un magnifique oiseau bleu. Philippe Hérard, lui, créait l’un de ses hommes bouées, perché sur un toit parisien.

street art paris 19 festiwall 2018

stew vincent bargis street art festiwall

Et puis de l’autre côté du pavillon, un superbe portrait féminin prenait forme sous les mains de Stew, tandis que sur le mur le prolongeant, Yola réalisait sa fresque « Blind Leading the blind ».

crey132 yola street art paris festiwall 2018

yola street art paris festiwall 2018

Un parcours… trop court !

Déjà présent lors de la seconde édition du festival au printemps 2017, Oji a récidivé cette année avec son ami F.V.Pires. Ensemble ils signent d’un coup de maître (et je vous présente mes excuses pour ce jeu de mots…) l’oeuvre « Le coup de main ».

oji street art paris festiwall

oji fvpires street art paris festiwall

Les fresques de Daco et JBC, juste à côté, ont quand à elles déjà été toutes les deux saccagées…

jbc daco street art paris festiwall

Je n’aurai pas eu l’occasion de les découvrir achevées avant qu’elles ne soient gâchées.

jbc street art paris festiwall 2018

daco street art paris festiwall 2018

Juste en face, l’artiste Alys Cheshire signe quant à elle une fresque dont les mots sont aussi simples que significatifs…

alys cheshire street art paris festiwall

Et puis c’est avec un mur confié à Mr Tea, du crew AMR Graffiti, que s’achève le beaucoup trop court parcours du Festiwall 2018.

Mr tea street art paris festiwall

Seul regret en effet : le fait que la balade ne dure pas plus longtemps !

3 commentaires Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s