Le street art et le 16e… dessine-moi une fresque !

Non, le 16e n’est pas le temple du street art parisien ! Mais qui sait ? Quelques surprises murales pourraient bien m’y attendre. Même si je savais bien que je n’y trouverai pas grand chose à me mettre sous la dent, j’ai donc commencé à le parcourir courageusement.

Bon, soyons très honnêtes :  le 17e regorge d’œuvres d’art urbain au regard de ce que mes premières balades dans le si chic arrondissement de l’ouest parisien m’ont menée à découvrir !

Entre Victor Hugo et Jasmin

C’est à Victor Hugo que démarre mon voyage dans un quartier dont les superbes façades, il faut bien l’avouer, ne se prêtent pas à la réalisation de fresques ni même de graffs plus discrets.

skatepark muette street art paris 16

Je me dirige alors vers le boulevard Lannes, où (je le sais parce que je voulais quand même m’assurer de ne pas rentrer tristement bredouille) m’attendent les couleurs flashy du skatebowl du stade de la Muette. Le bleu du skatepark rivalise avec celui du ciel. Me voilà revigorée !

skatepark muette street art paris graffiti

Improbable et vraiment très agréable, le sentier Nature, qui longe le boulevard Montmorency réserve quelques graffs qui n’ôtent rien au charme paisible de cette petite bande de verdure où l’on oublie que l’on est à Paris.

graffiti street art paris 16

street art graffiti paris 16

Il faut poursuivre la balade jusqu’à Jasmin pour croiser quelques collages posés par Heartcraft, ou admirer les vestiges laissés par L’Oiseau Craie (comme son nom l’indique à la craie !) voilà déjà plusieurs mois.

heartcraft street art paris 16 jasmin

loiseaucraie street art paris 16

Des Invaders se laissent aussi chasser lorsque l’on se rapproche de la Seine et du 15e, à l’instar de quelques poulpes signés Gzup.

invader paris 16 jasmin

gzup paris 16

De La porte de Saint-Cloud au Trocadero

Après un premier itinéraire m’ayant menée de Victor Hugo à Jasmin, j’ai tenté une seconde fois ma chance du côté de la Porte de Saint-Cloud.  En route vers le Trocadero ! Si je ne trouve rien sur mon chemin, je me consolerai en admirant la dame de fer… Et je ne me suis pas privée de le faire !

tour eiffel paris

Rue Gudin, une citation collée par l’artiste Sean Heart nous rappelle que « Le monde n’appartient à personne ».

sean heart paris 16 rue gudin

Rue Jean de La Fontaine, l’artiste Jérôme Mesnager a réalisé sur la vitrine de la galerie Raphaël Imbert, l’un de ses célèbres personnages blancs.

mesnager paris 16 rue la fontaine

Et puis j’ai eu le plaisir de découvrir deux oeuvres inattendues après tant d’heures passées à arpenter les rues du 16 e. Cachées dans leur petit coin, elles donnent l’espoir de voir le graff se faire une place dans le quartier. Je n’ai pas encore identifié leurs auteurs…

street art graffiti paris 16

Le 16e n’est-il pas un intéressant spot où tenter de faire passer des messages de solidarité et de tolérance ? Entre les beaux immeubles, au détour d’une avenue huppée, des murs sales et tristes n’attendent que les bombes, pinceaux et autres pots de colle des artistes de rue !

C’est d’ailleurs avec un mur que je ne m’attendais plus à trouver par ici que j’achève ce billet sur mes trouvailles street art dans le 16e. Situé tout en haut de la rue Massenet, il est un joyeux méli-mélo de tags, dessins et collages.

graffiti paris 16

street art graffiti paris 16

2 commentaires Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s