Le quartier des Epinettes transformé par le street art

Ma dernière escapade dans le 17e, en quête de quelques trésors d’art urbain, m’a conduite du côté des Épinettes. Aujourd’hui, c’est vers la Porte de Saint-Ouen que je me suis élancée (ça commence à faire loin de mon 20e tout ça !).

Celle-ci, à la limite du 18e arrondissement, réserve quelques surprises en matière de street art. Et, Ô joie, elles ne se font pas attendre !

paris fresque brechet street art

Il suffit de parcourir quelques mètres se frayer péniblement un chemin au milieu du chantier du prolongement du tram pour découvrir la première d’entre elles.

La Nature dans la Ville : superbe fresque onirique

Les murs cachant le parking qui fait face à l’hôpital Bichat ont été embellis de magnifiques peintures murales. C’est pendant l’été 2013, grâce au Groupement Jeunes Créateurs Parisiens, le club de prévention AJAm et l’association Ligne 2 mire que les 300 mètres de mur ont été peints.

fresque camille blaisot street art paris

Un collectif de street artistes a imaginé les œuvres après avoir échangé avec les jeunes du quartier pour connaître leurs envies et en ont peint les contours. Puis armés de bombes aérosols, de nombreux enfants et ados sont venus leur prêter main forte pour les colorer.

fresque street art camille blaisot paris

D’un côté, rue André Bréchant, une invitation à la plongée au milieu des dauphins mais aussi des grenouilles bleues, jolies certes, mais beaucoup plus dangereuses…

fresque street art brechet paris

street art paris fresque brechet

De l’autre, rue Camille Blaisot, la nature se mêle à la ville et à ses habitants.

Un éléphant circule entre un ours à moto et une girafe en auto. Un arbre se presse pour monter dans le métro. Une Eve des temps modernes câline son chat dans un univers onirique où la végétation et la civilisation se fondent l’une en l’autre.

street art fresque paris brechet

J’aurais pu passer des heures à observer chaque détail de cette gigantesque fresque, baptisée La Nature en Ville. Je me suis contentée d’y rester de longues minutes.

fresque street art porte saint ouen

J’aurais aussi pu publier dans cet article toutes les photos que j’ai prises le long de ce mur. Mais je me suis contentée d’une sélection. Histoire de vous donner terriblement envie de sauter dans le métro jusqu’à la Porte de Saint-Ouen pour découvrir la fresque de vos propres yeux !

street art paris brechet

En poursuivant la balade rue André Bréchet, au milieu des cerisiers en fleurs, une fresque rend hommage au champion de boxe Jacques Manavian. Elle fait face au stade Max Roussié où une salle de boxe a été inaugurée en 2008.

Jacques Manavian fresque paris

rue andré bréchet paris 17

BocaPaname, un parcours artistique en devenir

Non loin de là, sur le Boulevard de Bessière (14-18), la nature s’invite une nouvelle fois sur les murs, ceux d’une résidence dont les habitants sont bien chanceux ! Je n’avais encore jamais vu de plus beau local poubelles que le leur, peint par l’artiste Jungle à l’automne 2017 avec L’Atelier des Epinettes.

street art jungle paris 17 bessiere

Cette association est à l’initiative du projet BocaPaname, dont l’objectif est de créer un véritable parcours d’art urbain dans le quartier.

street art paris 17 jungle

Bocapaname, un projet que L’Atelier des Epinettes n’entend pas voir s’arrêter en si beau chemin, est aussi à l’origine des couleurs qui se sont emparées des grilles du stade Max Roussié.

stade max roussié paris

Tout comme de la très belle fresque aux allures « Miroesques » longeant les murs de l’Ecole Jacques Kellner.

fresque street art école kellner paris

école kellner fresque street art paris

Place Navier, l’atelier a récidivé. Grâce à la magie d’internet, je savais qu’une belle et très colorée fresque en mosaïque, réalisée par les habitants du quartier, n’y attendait que moi.

mosaique place navier street art paris

mosaique place navier paris 17

J’ai achevé mon parcours street art dans le quartier des Epinettes en me baladant dans le Jardin Paul-Didier. Cet agréable petit espace de verdure longe d’anciennes voies ferrées naturellement investies par des graffeurs de tous poils. Et cerise sur le gâteau, il fait face à un très bel immeuble !

jardin paul didier paris 17

Ce bâtiment aussi imposant qu’étonnant a été édifié en 1907 par la famille d’industriels et banquiers Goüin.

immeuble rue ernest roche

Les logements étaient destinés aux employés de la Société de construction des Batignolles qui lui appartenait.

jardin paul didier paris 17

graffiti jardin paul didier

jardin paul didier graffiti

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Anne dit :

    super balade dans le 17e, merci Sophie !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s